TARGET PRESENTE : PERCEPTION DES PAYS ET DES ORGANISATIONS EN RDC

Share

Perception de pays et organisations en RDC est une étude menée par TARGET dans 7 provinces de la RDC auprès d’un échantillon de 3.528 personnes dont 1008 pour Kinshasa et 420 pour  chaque province. Cette étude a été présentée à la presse ce mercredi 6 Novembre 2013 au siège de  TARGET SPRL par Serge Mumbu, Directeur Général de la société.

Les Congolais ont été interrogés sur les pays et les organisations (congolaises ou étrangères) qui interviennent le plus en faveur de la population dans les domaines suivants : aide alimentaire, bonne gouvernance et lutte contre la corruption, démocratie, économie, éducation, genre ainsi que justice et droits de l’homme.

Il ressort de l’étude un taux élevé de sans opinions  constaté tant du côté de pays partenaires que des organisations. Ceci dénote d’une grande méconnaissance des actions entreprises par différents pays et différentes organisations par manque d’information et /ou une absence de pertinence des actions menée car ces actions ne vont pas toujours dans le sens des attentes des Congolais. Pour pallier à ce problème, le Cabinet TARGET préconise un meilleur choix des médias et des supports de communication à l’aide des études d’audience et des études d’évaluation post campagne.

Néanmoins pour ceux qui se sont prononcés par rapport aux pays partenaires, les pays occidentaux (particulièrement USA et France) dominent dans tous les domaines sauf celui de l’économie où la Chine fait la différence. Tandis qu’au niveau d’organisations, la plupart de ceux qui ont été cités sont essentiellement des organisations internationales en général et celles du système des Nations Unies en particulier. Les pays africains et les organisations locales sont très peu évoqués, c’est à croire que, dans l’entendement du Congolais, « c’est l’Occident et les organisations internationales qui agissent le plus en RDC ». Un effort doit donc être fait par les pays africains et organisations locales pour améliorer la visibilité de leurs actions auprès de la population congolaise. Le recours à des experts ou agences en communication pourrait être d’une grande utilité si l’on veut effectivement atteindre la cible.

L’étude révèle enfin la nécessité de développer une coopération « de proximité » à partir des provinces au lieu que tout puisse se décider dans la capitale Kinshasa sans nécessairement tenir compte des besoins spécifiques de la population de chaque province. Car en effet, certains pays sont cités dans l’étude en fonction de la proximité géographique ou des actions particulières dans la ville/région; cas de la Zambie et de l’Afrique du Sud (à Lubumbashi), Congo Brazzaville (à Kinshasa), Angola et Japon (à Matadi), Tanzanie (à Goma et à Bukavu) et France (à Kisangani).

 

LES LIENS A SUIVRE :

Mardi, 12 Novembre, 2013 - 16:53
Share