Un jour avec Benjamin Mukini

Share

“Benjamin arrive pile à l’heure au bureau, ni avant 8 heures et pas après 8 heures”, dit Tony, son collègue et collaborateur direct au sein du Département Informatique. Benjamin Mukini est assistant Data analyst et assistant IT de Blaise Pezo au sein de Target. Son travail quotidien est souvent mouvementé. Un jour avec Benjamin, l’un des meilleurs employés du cabinet en 2020.

Déjà à 8 heures, il est à son poste, concentré devant son ordinateur. Son bureau comme celui de Blaise son supérieur se détache un peu des autres. Dans une grande salle où se trouve le Département Informatique, chacun est assis autour d’une grande table placée au milieu. Benjamin, la vingtaine, est logé seul au coin gauche. Sur l'écran de son ordinateur on peut apercevoir plusieurs fenêtres ouvertes, graphiques, tableaux et textes défilent tout le temps. Malgré cela, toujours animé par un côté social, il ne démontre pas sa concentration mais répond à chaque fois à toutes les blagues que lui lancent ses collègues, Carine Muamba en tête.

A 9 heures, Benjamin se renseigne auprès de ses collègues pour connaître les formations dont ils auront besoin au cours de cette année pour améliorer leur travail. Blaise Pezo se mêle à la discussion et un échange s'ensuit. Il est fixé sur les besoins de tout le monde et les note. Tout le monde se reconcentre.

Benjamin est tout le temps sollicité. Une réunion en ligne doit se tenir à la Direction Générale mais la connexion Internet pose problème. Si ce n’est pas Saleh Project Manager, qui vient le solliciter, c’est parfois Hortense, la Business Development Manager. Sans sourciller, il se lève pour trouver des solutions à chaque fois. Mais il n’a pas que ça comme tâches ce mercredi 10 février. Difficile de cerner réellement ce qu’il fait et c’est à lui seul de l’expliciter : “Nous avons différents projets avec différents clients, je les supervise après répartition des tâches à chaque collaborateur. J’ai aussi particulièrement un autre projet que je suis de près depuis ce matin. Je dois implémenter un masque de saisie d’une étude réalisée. Le rapport avait été envoyé au client avec de petits couacs que je dois revoir, une fois que je le boucle je vais voir comment évolue le travail avec mes collaborateurs, si les objectifs de la journée seront atteints”, explique-t-il.

Cette année pour sa formation, Benjamin veut passer une certification Mooc (Massive open online course), en ligne. Il veut beaucoup plus être à jour dans ce domaine pour ne pas être surpris par les demandes de clients de plus en plus exigeants. Mukini veut également accentuer sa capacité à manager ses équipes pour avoir plus de qualités, ce qui entraîne un allègement de tâches pour lui avec des équipes mieux formées. Il gère d’ailleurs un projet à Brazzaville depuis Kinshasa, un travail qui se fait par téléphone.

De retour de sa pause à 13 heures, Benjamin est de nouveau envahi par ses collègues des autres départements qui sollicitent son aide. Bien installé sur son bureau, il prend un air décontracté. Devant la pression, il préfère rire des jérémiades de ses collègues. Il se charge de l’un après l’autre toujours avec un petit sourire au coin des lèvres.

Vers 15 heures, il revient devant son ordinateur pour pouvoir continuer. Pour lui la journée prend fin à 16h30 après un dernier briefing avec son équipe. Le directeur général Serge Mumbu à la sortie veut savoir comment il se comporte connaissant les charges qu’il assume : “Comment le jugez-vous, il n’est pas trop pris, comment gère-t-il la pression?”, autant de questions auxquelles il n’aura pas de réponses. Benjamin gère actuellement six collaborateurs dont trois à Kinshasa et trois à Brazzaville.

Vendredi, 26 Février, 2021 - 10:30
Share