Partager:
https://target-sarl.cd/up/link/fr/271

Habitudes et pratiques médicales des Congolais

La santé est un facteur essentiel qui englobe les besoins primaires ou vitaux de la population. Alors que la médecine moderne découle des recherches menées par des scientifiques dans un pays, la médecine traditionnelle est le fruit de l’héritage culturel et des croyances d’un peuple.

L’espérance de vie de la population, la résilience face aux pandémies, la prévention de certaines maladies endémiques et chroniques sont tributaires de la qualité des soins fournis grâce à une politique de couverture santé universelle.

Dans cette optique, le Cabinet Target Sarl a réalisé une étude sur les habitudes et les pratiques médicales des Congolais.

Cette enquête vise à analyser les tendances de fréquentation des hopitaux et centres de santé par des Congolais, évaluer la satisfaction des soignants et la qualité des soins, à mesurer l’expérience face à la médecine traditionnelle. Elle a été réalisée du 16 mai au 01 juin 2024 en utilisant l’approche CATI (interrogation assistée par téléphone).

L’échantillon de 1540 personnes, représentatif de la population congolaise âgée de 18 ans et plus, a été réparti dans huit régions : Kinshasa, Kongo-Central, Kasaï oriental, Katanga, Nord Kivu, Province Orientale et Sud Kivu. Les méthodes de quotas ont été appliquées pour garantir une représentation équilibrée en termes de tranches d’âge, de sexe et de province.

Selon les résultats de cette étude, la fréquentation des hôpitaux et centres de santé est globalement moins importante, avec 57 % des personnes s’y rendant rarement ou jamais. Cela pourrait s'expliquer par la pratique de l'automédication.

Quant à la satisfaction des patients envers les hôpitaux et centres de santé, la tendance est globalement élevée. 80% des personnes ayant fréquenté ces établissements dans leur région se disent satisfaites de la qualité des soins reçus. Cette satisfaction dépasse 70% dans toutes les régions et tous les groupes d'âge, témoignant d'une expérience positive dans l'ensemble du territoire.

Dans les huit régions de la RDC, 35 % des individus ont utilisé la médecine traditionnelle pour diverses maladies. Cette tendance augmente avec l’âge avec 43% des seniors (65 ans et plus), tandis que la score le plus bas s’observe chez les juniors (15ans et 24 ans) avec 34%. Ce contraste serait dû aux notions de croyance et d’héritage culturel observées chez les plus âgés.

Le Kongo Central est en tête avec 50% des individus de 16 ans et plus ayant expérimenté cette médecine, tandis que le score le plus bas est observé dans les régions du Nord et Sud Kivu (Respectivement 29 et 20%).

Plus de détails sur l’intégralité de cette étude : info@target-sarl.cd.